Suis nous sur

Les lauréats d’un prix Nobel au sein du CIFAR

smaller line

EXCELLENCE EN RECHERCHE

Vingt boursiers et conseillers du CIFAR ont reçu un prix Nobel.

Au fil de près de quarante ans, plus de 1 000 chercheurs de plus de 30 pays ont participé directement à nos programmes de recherche en tant que boursiers, conseillers, titulaires d’une chaire en IA Canada-CIFAR et chercheurs mondiaux CIFAR-Azrieli. Ces scientifiques sont sans conteste de brillants cerveaux; beaucoup d’entre eux ont été reconnus aux plus hautes sphères de la science.

icons nobel-03
smaller line

CHIMIE

Walter Gilbert (1980)


« pour [ses] contributions relatives à la détermination de la séquence des bases dans les acides nucléiques »


Gilbert a siégé au comité consultatif du programme Biologie évolutive pendant 17 ans, de 1990 à 2007. Les travaux qui lui ont valu le prix Nobel ont établi les méthodes fondamentales nécessaires à la compréhension de la transcription de l’ADN dans les bactéries.

John Polanyi (1986)


« pour [ses] contributions relatives à la dynamique de processus chimiques
élémentaires »


Polanyi a été boursier principal au sein du programme Nanoélectronique de 2005 à 2013. Il a mis au point une méthode pour étudier dans le détail comment l’énergie se dépose dans les réactions chimiques à l’aide de la chimioluminescence infrarouge.

Sidney Altman (1989)


« pour [sa] découverte des propriétés catalytiques de l’ARN »


Altman a été boursier associé du programme Biologie évolutive de 1998 à 2002. Il a découvert que l’ARN est non seulement une molécule qui renferme de l’information, mais qu’elle peut aussi catalyser des réactions avec elle-même.

Michael Smith (1993)


« pour ses contributions fondamentales à l’établissement de la mutagenèse dirigée à base d’oligonucléotides et de son développement pour les études sur les protéines »


Smith a été membre du comité consultatif du programme Biologie évolutive de 1987 à 2000. Il a mis au point une méthode pour reprogrammer le code génétique afin d’étudier de nouvelles protéines.

Brian Koblika (2012)


« pour son étude des récepteurs couplés aux protéines G »


Brian a été membre du comité consultatif du programme Architecture moléculaire de la vie de 2015 à 2020. Il a contribué à rehausser notre compréhension du mécanisme par lequel les cellules détectent leur environnement et a été le premier à capter une image de l’activation d’un récepteur protéique.

icons nobel-05
smaller line

ÉCONOMIE

Kenneth Arrow (1972)


« pour [ses] contributions de pointe à la théorie de l’équilibre général et de la théorie du bien-être »


Kenneth a été président du comité consultatif du programme Croissance et politiques économiques de 1992 à 2002. Parmi d’autres percées, il a appliqué de nouvelles techniques mathématiques à l’étude de systèmes d’équilibre.

George Akerlof (2001)


« pour leurs analyses des marchés en présence d’informations asymétriques »


Akerlof a été boursier principal et codirecteur du programme Interactions sociales, identité et bien-être de 2005 à 2017. Il a aussi été boursier principal du programme Institutions, organisations et croissance de 2010 à 2020, et boursier associé des deux programmes qui l’ont précédé, soit Croissance économique et institutions (2003-2004) et Croissance et politique économiques (1992-2002). Akerlof a reçu le prix Nobel pour ses travaux sur les effets négatifs d’un déséquilibre de l’information entre acheteurs et vendeurs.

Daniel Kahneman (2002)


« pour avoir intégré des connaissances issues de la recherche en psychologie à la science économique, particulièrement en ce qui concerne le jugement humain et le processus décisionnel en présence d’incertitude »


Kahneman a été boursier associé du programme Intelligence artificielle, robotique et société de 1984 à 1986 et a été membre du comité consultatif du programme Interactions sociales, identité et bien-être de 2005 à 2011. Grâce à l’intégration de résultats émanant de la psychologie cognitive, il a démontré que les êtres humains n’agissent pas toujours pour servir rationnellement leurs intérêts.

Roger Myerson (2007)


« pour avoir jeté les bases de la théorie de la conception des mécanismes d’incitation »


Myerson a été membre du comité consultatif du programme Institutions, organisations et croissance de 2004 à 2020. Il a aussi été membre du comité consultatif du programme qui l’a précédé, soit Croissance économique et institutions, de 2003 à 2004. Il a mis au point les fondements mathématiques d’un domaine de l’économie qui porte sur la conception de règles et d’institutions pour les échanges commerciaux.

Paul Romer (2018)


« pour l’intégration d’innovations technologiques à l’analyse macroéconomique à long terme »


Romer a été boursier principal au sein du programme Croissance économique et institutions de 1991 à 1999. Il a mis au point un modèle pour mieux comprendre comment les forces économiques favorisent, obstruent et définissent la création d’idées et de connaissances.

icons nobel-01
smaller line

PHYSIQUE

Philip Anderson (1977)


« pour [ses] recherches théoriques fondamentales sur la structure électronique des systèmes magnétiques et désordonnés »


Anderson a été boursier associé du programme Matériaux quantiques de 2000 à 2013. Il a formulé le fondement théorique nécessaire pour mieux comprendre comment les électrons se déplacent dans des matériaux désordonnés (non cristallins).

Robert Laughlin (1998)


« pour [sa] découverte d’une nouvelle forme de liquide quantique associé à des excitations à charge fractionnaire »


Laughlin a été boursier associé au sein du programme Matériaux quantique de 2000 à 2008. Il a offert une explication théorique aux observations indiquant que les électrons à basse température et dans des champs magnétiques intenses forment une sorte de liquide quantique.

Anthony Leggett (2003)


« pour contributions de pointe à la théorie des supraconducteurs et des superfluides »


Legget a été le président du comité consultatif du programme Informatique quantique de 2002 à 2007 et membre de ce même comité de 2007 à 2014. Il a formulé une explication théorique de l’arrangement et des interactions des atomes de superfluides à basse température, comme l’hélium-3.

Willard Boyle (2009)


« pour l’invention d’un circuit semi-conducteur d’imagerie – le capteur CCD »


Boyle a été membre du conseil de recherches du CIFAR en 1987 et a dirigé le groupe de travail qui, en 1986, a proposé la création d’un programme de recherche sur les supraconducteurs et, plus largement, sur la science des matériaux. Cela a mené à la création du programme Matériaux quantiques. Il a inventé le dispositif à couplage de charge (Charged-Coupled Device, CCD) avec George E. Smith; c’est le capteur utilisé dans toutes les caméras numériques modernes.

David Wineland (2012)


« pour des méthodes expérimentales de pointe qui ont permis de mesurer et de
manipuler des systèmes quantiques individuels »


Wineland a été membre du comité consultatif du programme Informatique quantique de 2004 à 2006. Il a inventé une façon de piéger, de contrôler et de compter des ions sans détruire leurs propriétés quantiques.

Arthur McDonald (2015)


« pour la découverte des oscillations de neutrinos, démontrant ainsi que les neutrinos ont une masse »


McDonald est boursier associé du programme Extrême Univers et gravité depuis 2017. Il a aussi été boursier associé du programme précédent, Cosmologie et gravité, de 2007 à 2017. Avant de devenir membre d’un programme, il a été membre du conseil de recherches de 1997 à 2005, président d’un comité consultatif de 2000 à 2005 et membre d’un comité consultatif de 2005 à 2007. Il a découvert que les neutrinos, certaines des particules les plus abondantes dans l’Univers, ont une masse.

James Peebles (2019)


« pour ses contributions à notre compréhension de l’évolution de l’Univers et de la place de la Terre dans le cosmos »


Peebles a été l’un des membres fondateurs du programme Cosmologie et gravité du CIFAR en 1985; il a continué à y travailler activement pendant plus de 25 ans en tant que conseiller et boursier associé. Il a fait des contributions fondamentales à la cosmologie, y compris la mise au point d’un cadre théorique permettant de comprendre le fonds diffus cosmologique.

icons nobel-04
smaller line

PHYSIOLOGIE OU MÉDECINE

Richard Roberts (1993)


« pour [sa] découverte des gènes discontinus »


Roberts a été membre du comité consultatif du programme Biologie évolutive de 2002 à 2005. Il a découvert que les gènes se composent souvent de segments d’ADN séparés par de longs brins de matériel non pertinent qui sont épissés lors de la transcription.

Eric Wieschaus (1995)


« pour [ses] découvertes sur le contrôle génétique du développement embryonnaire précoce »


Wieschaus a été membre du comité consultatif du programme Microbiome humain de 2014 à 2019. Il a cerné et classé des gènes chez la drosophile qui sont également essentiels au développement de l’embryon chez l’humain.

Leland Hartwell (2001)


« pour [ses] découvertes sur des gènes régulateurs clés du cycle cellulaire »


Hartwell a été membre du comité consultatif du programme Réseaux génétiques de 2006 à 2007. Il a découvert une classe de gènes qui contrôlent de nombreux éléments du cycle cellulaire, y compris le gène de « démarrage » CDC28 qui commence le cycle cellulaire.

Soutenez-nous

Le CIFAR est un organisme de bienfaisance enregistré qui reçoit le soutien des gouvernements du Canada, de l’Alberta et du Québec, ainsi que de fondations, de donateurs individuels, d’entreprises et de partenaires canadiens et internationaux.

Centre MaRS, tour Ouest
661, avenue University, bureau 505
Toronto (Ontario) M5G 1M1 Canada